13 décembre 2005

It's never the break-in, it's always the cover up.

Récemment, Warren Kinsella a écrit:
It's never the break-in, it's always the cover up.

(Ce n'est pas tout à fait vrai mais c'est très loin d'être tout à fait faux.)

Ceci m'y a fait repenser.
If Frist didn’t do anything wrong, why can’t he be honest about what he knew?
Publier un commentaire