17 avril 2007

Sondage sur l'intérêt des relationnistes québécois pour les médias sociaux

Dans son commentaire à mon billet concernant les agences de relations publiques québécoises et les blogues, Michelle Sullivan nous apprenait qu'elle avait "lancé un mini-sondage très informel et pas du tout scientifique dans (son) réseau professionnel, question de tâter le pouls de la communauté un tout petit peu".

Dans le billet résumant les résultats, elle nous apprends qu'elle a questionné trente professionnels québécois oeuvrant dans le domaine des relations publiques, majoritairement des jeunes avec 5 ans d'expérience ou moins, mais également des professionnels chevronnés.

Elle en tire un portrait impressionniste, selon ses mots.

J'en tire un portrait désolant, selon les miens.
  • Seulement une minorité consulte des blogues pour des raisons professionnelles.
  • Aucun n'est abonné à un podcast pour des raisons professionnelles.
  • Aucun n'est abonné à un vodcast pour des raisons professionnelles.
  • Un seul affirme entretenir des relations avec des blogueurs.
Considérant que la majorité d'entre eux disent que les médias sociaux représentent la communication "nouvelle génération", qu'aucun ne dit croire qu'il s'agit d'une vague passagère et que la majorité considère que les médias sociaux ont une certaine pertinence pour leurs employeurs ou clients (selon le cas), c'est assez désolant.

Les répondants au sondage, juniors et seniors, sont invités à communiquer avec moi (toutes mes coordonnées sont dans la colonne de droite). Je vous promets la confidentialité.

Il me fera plaisir de vous donner un coup de main. Je peux rencontrer vos équipes et vous donner un cours 101 répondant à la question "pourquoi les médias sociaux sont importants pour vous et pour vos clients?"

Que vous soyez en agence ou du côté client, vous êtes invités.

Si vous citez ce billet comme raison de votre appel (ou de votre courriel), la première consultation sera gratuite.

2 commentaires:

Philippe Martin a dit...

Tu devrais lancer ta propre agence!! Le chemin de l'évangélisation risque d'être long.

Michelle Sullivan a dit...

Effectivement, les résultats de ce 'petit sondage pas scientifique' ont tout simplement confirmé ma perception générale: le marché est encore grand ouvert pour tout professionnel en RP du Québec s'intéressant aux médias sociaux.

Il suffit maintenant de convaincre les clients québécois du bien fondé de la stratégie. Les statistiques comme celles de Forrester nous aideront à présenter des chiffres qui 'parlent'.

À ce sujet, j'ai trouvé l'article 'Corporate blogging pays off for GM' (que tu cites, Marc, dans ton 2e billet du 17 avril) intéressant et retiens le point suivant pour réflexion prochaine: Li and Stromberg concede that it's difficult to calculate the ROI of blogging accurately, noting that indirect benefits can be hard to measure. "How do you assign a dollar value to the ideas sparked by a Web dialogue between an executive and a company's customers?" they ask.

Mais que voulez vous? Être avant-gardiste apporte ses avantages et, parfois, ses désavantages.

NB: Il faut préciser que lorsque j'ai ciblé des professionnels de mon entourage pour mon sondage, j'ai décidé de ne pas choisir les experts des médias sociaux que je connais, ce qui, encore une fois, aurait pu changer un peu la donne. Mais je me suis dite que, de toute façon, nous semblons être si peu nombreux à utiliser les médias sociaux au Québec en ce moment, que de les ajouter ne m'aurait pas permis de dresser un portrait représentatif de l'industrie. Je pense que cette décision méthodologique se défend quand même assez bien. En ^même temps, il serait intéressant de voir passer un vrai sondage, fait selon les règles de l'art.

MS