13 mars 2007

Débat des chefs

Je vais commenter le débats des chefs dans ce billet et ce, en temps réel. J'avais fait la même chose lors d'un des débats dans le cadre de l'élection fédérale l'an dernier.

Cette fois, ce que je vais faire, c'est un commentaire après chaque bloc ainsi qu'une conclusion.

En prévision du débat, j'ai identifié ce qu'étaient, pour moi, les défis et les écueils à éviter pour chacun des trois protagonistes.

Jean Charest
  • Les défis :
    • Il est perçu comme étant le meilleur à la formule du débat. Plus les attentes ont élevées, plus elles sont difficiles à atteindre.
    • La dernière fois, il avait sorti un lapin de son chapeau (la déclaration de Parizeau qui avait fait dérailler la campagne de Landry). Pourra-t-il rééditer l’exploit?
  • Les écueils à éviter :
    • La trop grande confiance en lui et en son bilan. On comprend qu’il en soit fier mais celui-ci n’est pas aussi reluisant qu’il le voudrait. Même Pierre Paradis le dit (ce qui sera assurément cité par un de ses adversaires).
André Boisclair
  • Les défis :
    • Les gens ne s’associent pas à lui. S’humaniser est donc son principal défi.
    • De plus en plus de souverainistes annoncent leur intention de voter pour un parti autre que le PQ. Les ramener dans le camp péquiste, voilà son second défi.
    • Il court le risque d’être ignoré par ses deux adversaires.
  • Les écueils à éviter :
    • L’impatience, surtout s’il se fait attaquer. Un débat, c’est un sport de contact : il faut avoir « la couenne dure ».
    • Les montées d’émotion. Pour l’instant, ça a passé. Il ne faudrait pas qu’il en fasse trop.
Mario Dumont
  • Les défis :
    • Les Québécois disent de Dumont qu’il est le chef qui leur ressemble le plus. Il n’a donc qu’à être « vrai ». C’est son seul défi important. En 2003, il n’avait pas misé sur cet aspect certains membres de son entourage lui ayant conseillé de paraître « premier ministrable ».
  • Les écueils à éviter :
    • Il ne doit pas paraître surpris par une attaque d’un de ses deux rivaux (comme Charest, il sera attaqué par ses deux vis-à-vis).
    • Il doit répondre aux commentaires sur son équipe sans avoir l’air de minimiser la situation.
Déclarations d’ouverture
  • Dumont met l'emphase sur la famille, un thème très identitaire. Sort la carte du cadre financier pour couper l'herbe sous le pied de ses adversaires. Attaque seulement Charest et s'adresse directement à lui. Omet Boisclair complètement. "Un vote pour l'ADQ, c'est un vote pour vous."
  • Boisclair met l'emphase sur le fait que le PQ est la seule alternative aux libéraux pour former le gouvernement. Suit sur l'éducation et les divers aspects de son programme. Juste une phrase sur la souveraineté. Associe Charest à Dion.
  • "Le Québec va mieux qu'en 2003." Bonne ligne. Le Québec est reconnu comme une nation! Deuxième bonne ligne. Il est celui qui lit le plus (moins bon qu'en 2003). Petit mea culpa vers la fin. Pas mal. Attaque ses deux adversaires également; surprenant. Finit exactement à la bonne seconde.
Bloc 1 : Santé et mission sociale
  • Pas de surprises avec les mots d'ouverture.
  • Charest a pris beaucoup de place contre Dumont. Dumont a bien repris la pôle avec la question des ainés.
  • Dans l'angle où on voit Dumont et Boisclair ensemble, il y a une caméra dans le champ de vision. Boisclair interrompt sans cesse; pas bon du tout. Dumont associe Boisclair à Trudeau!
  • La liste des statistiques de la part de Boisclair (incluant Sherbrooke), c'est bon. Charest ne s'adresse même pas à Boisclair: il s'adresse aux Québécois et il regarde la caméra. Boisclair ne gagnera pas un seul vote dans ce bloc.
Bloc 2 : Environnement et développement durable
  • Dumont/Boisclair: Dumont rappelle le passé de Boisclair comme ministre. Le questionnaire de Greenpeace, tout le monde s'en fout.
  • Dumont/Charest: Dumont rappelle le Suroît à Charest (Boisclair va être déçu, il voulait sûrement l'attaquer là-dessus). Charest a trop de chiffres. "Mon ambition pour le Québec", ce n'est pas un ancien slogan de quelqu'un ça? Pour Charest, Kruger, c'est du concret; félicitations. Dumont regarde un peu trop l'horloge.
  • Charest/Boisclair: Sur la forêt, c'est une égalité. Tous les deux ont des torts. Sur Kyoto, Charest s'en sort très bien.
(Pour les amateurs, les Islanders mènent 2-0 sur le Canadien.)

Bloc 3 : Gestion de l’Etat et économie
  • Pour l'ouverture, Boisclair a été plutôt bon.
  • Charest/Boisclair: Les banques et les compagnies d'assurances sont des méchants selon Boisclair.
  • Charest/Dumont: Le Pont de la Concorde, c'est une belle bombe. BOOM! Charest préfère parler de l'augmentation de la dette!!! (Citation de Dumont: "Quand je suis né, la dette du Québec par habitant était de 368 $. Quand ma fille Angela est née en 1996, sa part de la dette était de 12 584 $. Pour un enfant qui naîtra demain, c’est 25093 $.")
  • Dumont/Boisclair: Dumont fait du judo avec son équipe (il utilise la force de l'adversaire contre lui). Boisclair regarde vers le ciel quand Dumont parle: pas bon. Boisclair a bien boxé sur la "marge de manoeuvre" du gouvernement. Quand il est s'est appuyé sur son lutrin il était très confiant (avec raison).
Bloc 4 : Education, famille et développement humain
  • Charest/Boisclair: On parle de famille, le thème de Dumont, plutôt que d'éducation, le thème de Boisclair.
  • Boisclair/Charest: Les tarifs des CPE est une excellente attaque de Boisclair. Boisclair travaille son public: les étudiants. Charest demande aussi à Boisclair de cesser de l'interrompre.
  • Dumont/Charest: Le bulletin chiffré, ça rentre directement dans la clientèle de l'ADQ. Avec son "ça ne tient pas la route", Charest marque des points.
(C'est maintenant 3-2 Islanders.)

Bloc 5 : Avenir politique du Québec
  • Bonne ouverture Dumont. Boisclair "score dans son net", pour reprendre une expression de hockey, au début de son intervention mais revient fort avec "même M. Charest avoue qu'on en a les moyens". Charest met Dumont et Boisclair dans le même camp souverainiste.
  • Dumont/Boisclair: En réponse Dumont dit à Boisclair que "le discours sur la souveraineté, il est en noir et blanc." Dumont est concret; Boisclair rêveur. L'autonomie du Québec serait dépendante de la volonté d'Ottawa?
  • Boisclair/Charest: "Moi, dans mon parti à moi, je m'entends bien avec mes partisans", affirme Charest. Ouch.
  • Charest/Dumont: Charest accuse Dumont à la fois d'être à plat ventre ET un souverainiste caché. Les deux ne même temps? Dumont invoque Bourassa et accuse Charest de vouloir devenir premier ministre du Canada. Charest invoque trop le JE et pas assez le NOUS.
Déclarations de fermeture
  • Charest lit trop. L'emphase est sur l'équipe et pas sur les engagements.
  • Dumont retourne la question de l'équipe contre Charest. "Péquistes et lib.raux, c'est du pareil au même", ça me rappelle quelque chose."Pour vous." "Pour vous." "Pour vous." "Pour vous."
  • Boisclair n'a pas vraiment fait de vagues ni marqué de points dans sa conclusion.
(C'est maintenant 4-3 Montréal)
Publier un commentaire