13 mars 2007

Débat des chefs: mon verdict

Jean Charest 7/10
  • Son habit était représentatif de ce qu’il dégageait : sombre. Il a joué défensif tout au long du débat. N’a pas perdu beaucoup de points; n’en a pas marqué beaucoup non plus.
  • A été déstabilisé par la question de Dumont sur le Pont de la Concorde. A été mis en boîte par ses adversaires sur la question de ses ambitions vis-à-vis le gouvernement fédéral.

André Boisclair 6/10
  • Le grand perdant, il n’écoutait pas ses adversaires et les interrompait sans arrêt; assez pour tomber sur les nerfs non seulement de ses rivaux (qui lui ont fait remarquer plusieurs fois) mais aussi des téléspectateurs. Son entourage devrait avoir honte.
  • A compté des points sur la question de l’avenir du Québec (notamment) mais aurait pu et dû en compter plus.

Mario Dumont 9/10
  • Sur le cadre financier, il a compté en début de débat en annonçant ses chiffres mais s’est fait matraquer solidement par Boisclair plus tard. Deux fois, Dumont a utilisé les arguments de ses adversaires à son avantage sur la question de son équipe.
  • A eu de loin la meilleure déclaration d’ouverture et a lancé la seule bombe (celle du Pont de la Concorde). C’est de cette question que l’on parlera (en bien ou en mal) dans les prochains jours.

10 commentaires:

Anonyme a dit...

Il me semble que la question de la marge de manoeuvre, de Boisclair à Dumont, devrait apparaître dans ton analyse... et changerait le résultat...

Anonyme a dit...

Je trouve au contraire que la question de la "marge de manoeuvre" démontre bien le harcellement habusif que Boisclair a exercé tout au long du débat.

Nous savons tous que les chiffres vont changer la semaine prochaine quand on saura si ottawa transferera 1,2 ou 3 milliard à Québec!

Mais on send néanmoins une faiblesse financière du coté de Dumont.

Difficile de déterminer un gagnant...

Charest: quel clown pour éviter de répondre aux questions!

Boisclair: toujours à interrompre et à marteler les adversaires.

Dumont: manque de contenu financier, cheap shot le pont de la concorde.


Bon, selon moi, c'est Dumont le moins pire :-)

Crou

Anonyme a dit...

Bon, ce soir j'étais avec ma belle famille (qui va finalement voter ADQ) et une amie qui avant le débat pensait sérieusement voter Parti Québécois... Je dis bien avant car mon dieu que ce fut PÉNIBLE de regarder la stratégie de M. Boisclair; couper la parole, arrogant. Se fait poser une question, ne répond pas à cette dernière mais pose une question à ces adversaires et s'indigne quand ceux-ci ne répondent pas!!! Franchement, c'était pathétique de la part du Chef du PQ.

Enfin, vous me permettrez de répondre aux gens qui ont trouvés " cheap" le mémo sur le viaduc. Je ne comprends pas comment M. Charest peu affirmer que cela est irresponsable de ressortir un document en plein débat quand lui ne s'est pas du tout posé la question en 2003 sur la "citation" de M. Parizeau.

Faut croire que les libéraux et M. Charest sont vertueux comme un élastique...

Tràs bon divertissement en passant!

Martin Dumont

Anonyme a dit...

Dumont le gagnant du débat, c'est une blague ? on a pas du regarder le même débat. Il s'est fait littéralement enterrée par Boiclair. Il passait pour un amateur incapable d'être précis sur le moindre contenu.
Mais bon sur un blog, c'est comme les commentateurs politiques, on voit toujours le gagnant comme étant son candidat///

L'anti-héro Québécois a dit...

Dumont a été incapable d'énoncé le début de quelque chose de compréhensible sur la marge de manoeuvre. C'était pas fort. Boisclair avait bien raison de lui d'exiger une réponse à une question clair comme celle la. Le problème c'est l'absence totale d'une réponse de Dumont. Boisclair écoutait assez pour comprendre qu'il n'avait obtenu aucune réponse.

Pantagruelle a dit...

Boisclair a gagné haut la main! Je ne ne comprends pas comment les gens peuvent dire que Boisclair interrompait Charest ou Dumont plus souvent que ils le faisaient aussi. Si Boisclair devait interrompre, ce n'était pas agaçant, mais bien nécessaire parce que Charest et Dumont refusaient de façon systématique de répondre aux questions--souvent parce qu'ils ne pouvaient pas le faire sans se mettre dans l'embarras. Boisclair était posé et s'est bien maîtrisé. Il n'était pas trop aggressif. Il demandait des questions sans jamais recevoir de réponses des deux autres. Boisclair connaissait le mieux ses dossiers. Charest sait que son bilan est pitoyable. Dumont n'a pas d'équipe ni de plan ni de budget pour le réaliser.

Marc Snyder a dit...

@Anonymous1: Il faut comprendre que ce texte a été rédigé pour le "Bulletin de chefs" du JOurnal de Montréal. Je suis limité à 80 mots par chef. Pendant le débat, j'ai écrit sur cet échange. (Boisclair a bien boxé sur la "marge de manoeuvre" du gouvernement. Quand il est s'est appuyé sur son lutrin il était très confiant (avec raison).)

@Anonymous4: Je suis non-partisan dans cette analyse. Va relire ce que j'ai écrit sur les défis et les écueils de chacuns des chefs.

Hugo a dit...

"Je suis non-partisan dans cette analyse."
Beau contrat! Franchement, c'est illusoire de penser que tu peux être non-partisan dans ton analyse. Je te crois quand tu dis que tu a approché cette analyse de cette façon, mais c'est impossible que ton jugement ne soit pas teinté par tes allégeances, ton historique avec l'ADQ et ton amitié envers le debater au mémo atomique. Et ton score de Mario-9 André-6 le prouve.

Marc Snyder a dit...

À mon ami Hugo (dans les commentaires) et à Sylvain (par courriel), je signale que ce texte est celui qui a été publié dans le Journal de Montréal d'aujourd'hui.

Le Journal avait demandé à cinq consultants (dont moi) d'identifier les défis et les écueils de chaque chef (pour le Journal de mardi) et notre bulletin (pour le Journal de ce matin). C'est donc une évaluation qui tient compte de ce que j'avais identifié et que l'on peut lire dans le billet précédent.

Je dois dire que l'autre facteur qui m'a fait donner une note supérieure à Dumont, c'est mon intuition que les médias donneraient une importance prépondérante à la "bombe" que Dumont a lâché pendant le débat. Il faut comprendre que si le débat a une assez grosse importance, à mon avis, les 48 heures qui le suivent le sont encore plus.

Enfin, je vous signale le billet qui suit celui-ci qui identifie les réactions de certains commentateurs ainsi que les résultats des deux sondages qui ont été faits hier soir après le débat.

Pierre a dit...

Moi qui était à 120% pour Dumont avant le combat des chefs, le balancier a vite viré en la faveur de Boisclair, c'est manquer de classe de montrer du doigt.