3 décembre 2006

Stéphane Dion, chef du Parti libéral du Canada

Je me suis trompé. Mea culpa.

Félicitations à Dion.

Cela étant dit, Michel Vastel est dans le champ quand il dit que:
Ce n'est pas une très bonne nouvelle pour Stephen Harper
À mon avis, c'est une excellente nouvelle pour Harper au Québec. Dans le reste du Canada? Je ne sais pas. Mais, ici, l'élection de Dion est presque une garantie de réélection pour les députés conservateurs.

Et à ceux qui diront que c'est une bonne nouvelle pour le Bloc... dites moi où ils feront des gains. Dans les comtés libéraux? Non. Dans les comtés conservateurs? Non plus.

Mise à jour: Serge Chapleau a longtemps représenté Stéphane Dion en petit rongeur prétentieux. Mais voilà que le caricaturiste de La Presse profite de la victoire du nouveau chef du Parti libéral pour lui offrir une promotion. Depuis samedi, Stéphane Dion est un castor rassembleur.

3 commentaires:

Eric Baillargeon a dit...

Il faut faire attention à notre rongeur Libéral. Les perceptions changent rapidement, il est un foutu besogneur et le créneau de l'environnement et du dévelopement durable risque de faire mouche dans quelques comtés québécois.

Marc Snyder a dit...

Stephen Harper est la preuve qu'un candidat réputé "dry" et pas électable peut être élu. Dion a fait la preuve que les choses changent rapidement en politique.

Je te souligne que j'ai dit que c'était presque une garantie de rééllection pour les conservateurs québécois.

marie-lorraine a dit...

Le nouveau Dion pourrait être beaucoup plus attirant que le vieux/nouveau Harper. Même les conservateurs du Québec commencent à comprendre qu'il y a eu erreur sur la personne, c'est tout dire. De toute façon, les comtés libéraux le demeureront: s'ils ont survécu au post-Gomery, ils survivront à tout. Et à partir du moment ou le PLC fera élire ne serait-ce qu'un seul député de plus au Québec, Dion aura marqué des points.
Reste à voir comment le Bloc, mais surtout comment Charest joueront leurs cartes à présent.