9 janvier 2008

Les larmes de Hillary Clinton

Hillary Clinton a eu un moment d'intense émotion lundi. En fait, elle était au bord des larmes.

Hier, j'ai reçu une demande d'entrevue hier d'une journaliste du Journal de Montréal qui voulait savoir ce que je pensais que cela aurait comme effet sur sa campagne.

J'ai refusé de me prononcer parce que, comme plusieurs le savent, je travaille notamment avec Helen Fotopulos, la mairesse de l'arrondissement Plateau-Mont-Royal. Et comme j'aurais dit que cela aurait un effet positif (à mon avis) sur la campagne de Mme Clinton, mes propos couraient le risque d'avoir l'air d'être "arrangés avec le gars des vues".

J'aurais dû! Luc Dupont, Thierry Giasson (deux professeurs d'université) (voir la mise à jour plus bas) et Christine Saint-Pierre (ex-journaliste et ministre à Québec), eux, ont tous accepté. Et ils ont tous les trois dit que cette réaction de Mme Clinton aurait des effets négatifs.

Et voilà que Mme Clinton s'en va gagner les primaires au New Hampshire!

Quelques détails sur les résultats:
  • Alors qu'elle s'est fait devancer par M. Obama chez les femmes en Iowa, elle le devance au New Hampshire (46% à 34%).
  • Alors qu'elle a remporté moins de 20% des votes des "indépendants" en Iowa, elle en remporte près du tiers au New Hampshire.
  • Enfin, chez ceux qui se sont décidés à la dernière minute, les deux candidats sont à peu près à égalité au New Hampshire alors que ceux-ci avaient penché pour Obama en majorité en Iowa (33% à 22%)
Maintenant, qu'est-ce qu'en pense le porte-parole d'Obama?
“Did her choking up have a positive effect among women? Did they say, ‘We are not going to run her out of the race here’?”

“There is no other reason we can see. Every poll showed us even with Clinton with women, and then we lose women to her. There was a big gender gap that didn’t show up until yesterday.”
Ça m'apprendra à ne pas commenter!!!

Mise à jour:

Thierry Giasson m'écrit:
Je lis avec surprise sur votre blogue que l'on m'aurait fait dire dans un article du Journal de Montréal que la moment d'émotion d'Hillary Clinton causerait des effets négatifs à sa campagne. C'est pourtant exactement le contraire que j'ai dit à la journaliste et qu'elle a rapporté dans son article.
C'est tout à fait exact. J'ai lu l'article trop rapidement et j'ai manqué une partie de la citation de M. Giasson. En effet, M. Giasson affirme: «Hillary s'est montrée vulnérable, mais ce n'est pas nécessairement négatif. Elle a réussi à toucher certaines personnes.» Ça m'apprendra à aller trop vite.
Publier un commentaire