29 novembre 2005

Les porte-parole (politiques) et la crédibilité

Ceux qui me connaissent savent que j'ai fait pas mal de politique dans ma vie. J'ai notamment agi à titre de d'attaché de presse, d'organisateur, etc. J'ai aussi agi comme porte-parole. La chose la plus importante quand on est dans cette fonction, c'est la crédibilité.

Scott McClellan est le porte-parole de la Maison Blanche. C'est pas mal le summum dans le domaine.

Il y a deux ans il avait affirmé, du haut de son podium, que Lewis "Scooter" Libby et Karl Rove lui avaient confirmé qu'ils n'avaient ni l'un ni l'autre trempé dans l'affaire du coulage (sic) du nom de Valerie Plame, une agente de la CIA.

On sait maintenant que c'était faux. Le 1er novembre, les journalistes ont questionné McLellan de façon corsée.
Q. But don't you end up -- don't you end up with a credibility problem?
Le 14 novembre, PR Week a publié un papier sur le fait que plusieurs se questionnaient sur la crédibilité qu'il reste à McLellan et les impacts que cela a sur sa sécurité d'emploi.

Aujourd'hui, le 29 novembre, ça fait 20 jours qu'il n'a pas donné un seul vrai briefing; le dernier date du 9 novembre.

Hmmmm. La crédibilité, c'est comme la virginité. Une fois que tu l'as perdue...
Publier un commentaire