21 octobre 2011

Aucun outil de développement d’affaires B2B ne bat les médias sociaux


On m’a souvent (souvent!) dit que les médias sociaux ne remplaceraient jamais le vrai contact humain du réseautage. Les poignées de main et les échanges de cartes d’affaires étaient, supposément, plus «payants» que les médias sociaux lorsque vient le temps de jaser de développement d’affaires.

Et bien voilà, c’est maintenant faux.

En fait, les contacts réalisés par le biais des médias sociaux sont maintenant plus influents que les rencontres face-à-face, les conférences et les 5 à 7 (et bien sûr que la publicité traditionnelle) selon une nouvelle recherche intitulée GlobalWebIndex réalisée par la firme Trendstream.

À la question «When purchasing products/services for your business or department, which of the following sources most influences your decision?», la réponse qui ressort le plus souvent est «Conversations with people from the company/organisation on a social network».

L’autre grande conclusion à tirer de cette étude: ce n’est pas la plateforme (en-ligne) qui compte, c’est la conversation. En effet, si la «conversation» est estimée par les décideurs, lorsqu’on leur demande d’identifier une plateforme (que ce soit Twitter, un blogue ou autre), toutes celles-ci performent faiblement.

Conclusion: soyez présents partout!

Si le sondage n’identifie pas de répondants canadiens (il mentionne des répondants de plusieurs pays dont la Suède, le Mexique, l’Indonésie, l’Australie, l'Espagne, l'Argentine, le Royaume-Uni et le Japon), je note que les répondants américains sont parmi ceux qui ont le plus augmenté leur utilisation des médias sociaux.

Le GlobalWebIndex est basé sur 17 425 entretiens avec des «décideurs» dans 27 marchés entre juillet 2009 et juin 2011. Toutes les personnes interrogées - à travers 14 catégories et cinq différentes tailles de compagnie - avaient directement pris des décisions d'achat de leur organisation.
Publier un commentaire